L’Habitant de l’infini, de Hiroaki Samura

L’Habitant de l’infini, de Hiroaki Samura


L’Habitant de l’infini

Auteur : Hiroaki Samura
Maison d’édition : Casterman
Collection : Sakka
Genre : Fantastique, historique, manga.
Longueur : Série. 30 volumes. Terminée.

Résumé : Manji est immortel : un ver étrange introduit dans son corps guérit toutes ses blessures. Tuer est son destin de samouraï sans maître.
En réparation des cent innocents qu’il a déjà exécuté pour lorsqu’il était au service d’un cruel seigneur, il s’engage à massacrer mille scélérats afin de retrouver sa mortalité.
‎ Son chemin croise alors celui de Rin, une jeune femme en quête de vengeance.

Note : Précédemment (très mal) publié par Casterman dans sa collection Manga, l’Habitant de l’infini a rejoint la collection Sakka qui  fait enfin honneur tant par la traduction que la présentation à la qualité du manga.
Si dans certaines boutiques on peut encore trouver les premiers tomes de l’Habitant sous sa première édition (à couverture noire et titre rouge), assurez vous d’en rester éloigné. La nouvelle édition est infiniment meilleure.

Avis, par Jainas ;

J’ai un instant hésité avant de faire cette fiche, pour une raison qui peut sembler pointilleuse mais qui a son importance quand on parle de L’Habitant de l’infini : moins que l’histoire, c’est à mon sens d’abord le graphisme qui fait la force incontestable de ce manga. Mais au final il n’en reste pas moins un livre –ou ce qu’on appelle joliment un roman graphique-, et comme j’ai indubitablement été émue après avoir lu, il a tout a fait sa place ici.

Comme je l’ai dit, L’habitant, c’est pour moi avant tout un style graphique hors norme, celui Hiroaki Samura, qui mêle à une maîtrise anatomique parfaite un dynamisme et une beauté du trait renversants. Bien loin de la ligne claire qu’utilisent d’autres mangaka, Samura allie encrage et crayons, pour un travail graphique auquel je n’ai honnêtement jamais trouvé de semblable (et que j’adore).

Pour ce qui est du scénario, un conseil : pour vous faire une idée du manga, ne vous fiez pas au résumé éditeur. Ce dernier pourrait laisser croire à un banal shonen dans lequel le héros s’enfile les méchants au rythme d’un par chapitre histoire d’atteindre les 1000 au plus vite. Hors il n’en est rien.
Le manga prend très vite une direction différente en liant le destin de Manji à celui de Rin, jeune fille dont les parents ont été assassinés par le groupe d’épéistes de l’Itto-Ryu, et qui a juré de les venger. Très vite Rin occupe le devant de la scène, elle n’est encore qu’une enfant au début du manga, et elle découvre au fur et a mesure les implications réelles d’une telle vengeance, et se voit mettre sa résolution à l’épreuve… d’autant plus qu’elle est loin d’être la seule après l’Itto-Ryu.
Autant le dite tout de suite, l’univers que nous ouvre Samura est sombre : au début du récit Manji n’est pas beaucoup plus qu’une épave, couturé de cicatrices et portant sur les épaules le poids de nombreuses morts, et très vite apparaissent des thèmes très sombres –mais toujours représentés avec une maestria qui peut presque laisser mal à l’aise : viols, torture et démembrement sont au programme. (Pour la petite histoire, j’ai découvert l’Habitant à ma bibliothèque municipale, et au bout de trois tomes j’ai été voir ma bibliothécaire pour qu’elle déplace la série dans la section adulte, parce qu’elle n’a strictement rien à faire dans la section jeunesse.)

Samura nous offre donc une fresque à la fois sombre et flamboyante, peuplée de personnages ambivalents et en constante évolution –le dernier d’entre eux n’étant certes pas Kagehisa Anotsu, le chef de l’Itto-Ryu.
Et si le fil de la narration peut sembler décousu lors des premiers tomes, cela s’arrange vite pour laisser place à des arcs de récit passionnants au fil desquels d’excellents personnages font leur apparition.

Et parce qu’on parle quand même d’un manga, voici quelques images histoire de vous faire une idée :


Fiche issue de : Livre émoi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s