The Catch Trap, de Marion Zimmer Bradley

The Catch Trap, de Marion Zimmer Bradley


The Catch Trap

Auteur : Marion Zimmer Bradley
Editeur : Ballantine Books
Où se le procurer : Uniquement sur Amazon je le crains car ce livre n’a, hélas, jamais été traduit et en plus il n’est plus édité.
Genre : Historique (début XXème). M/M.

Résumé : 1944, le jeune Tommy Zane est né et a été élevé dans un cirque, c’est donc tout naturellement qu’il travaille comme tous les autres enfants de la troupe dans une ribambelle de petits numéros. Mais à quatorze ans, malgré les souhaits de son père, dompteur, Tommy ne rêve que d’une chose : devenir trapéziste comme Mario Santelli, la jeune étoile montante du cirque Lambeth. Et le rêve de Tommy commence à devenir réalité quand Mario le prend sous son aile pour lui apprendre le métier. Et tout aussi naturellement qu’ils volent et qu’ils respirent, tous deux vont tomber amoureux l’un de l’autre.

Avis : Mon résumé est loin de faire honneur à l’histoire et je vais donc tâcher de vous inciter à vous précipiter sur ce livre.

The Catch Trap est un livre merveilleux tout d’abord parce qu’il est long, quelques 700 pages de bonheur et de douleur, le temps pour l’auteur de développer son monde, ses personnages, de faire revivre le cirque dans toute sa gloire passée, de faire se pincer votre coeur lors de l’envol de Tommy ou Mario, de vous obliger à relever les yeux parce que les larmes brouillent votre vue.
Cette histoire prend son temps, le temps pour les personnages de mûrir, d’évoluer, le temps pour les situations de changer, parce que parfois le temps est la seule réponse possible. Mais n’allez pas croire que l’on s’ennuie, loin de là, dès le départ on est accroché par Tommy, par sa vie, par ses rêves, par son désir de voler. On découvre Mario, scintillant de gloire comme une étoile lointaine, et plus on se rapproche plus on découvre son humanité, sa part d’ombre. On se laisse porter par l’atmosphère douce-amère du cirque, d’un monde voué à disparaître et qui vit ses dernières heures de gloire.

Mais surtout, on se laisse emporter par la relation entre Tommy et Mario. Les mots, les pages filent sous les yeux tandis qu’on pénètre au cœur du labyrinthe de désirs, d’admiration, d’amour, d’hormones, de désespoir et de passion qui constitue leur relation. Car ce n’est pas ici une bluette de roman Harlequin dont il s’agit. Nous sommes dans les années 40-50 et nos deux héros sont homosexuels dans une Amérique prête à être juge et bourreau pour ceux qui sont différents. Entre eux ce ne peut être qu’un amour qui ne se dit pas, une relation cachée sous une simple amitié. Mais s’il n’y avait que cela ! Lorsque le roman commence Tommy est un adolescent et Mario à plus de 20 ans est déjà un homme. Et malgré tout ils s’aiment, désespérément et leurs premières fois sont celles tremblantes, hâtives, muettes, magiques de l’adolescence. Ils s’aiment tout en sachant qu’ils risquent tout, que si leur relation était découverte Mario irait en prison et Tommy serait séparé de lui définitivement. Mais ils s’aiment et lorsqu’ils volent ensemble, c’est tellement beau, tellement magique qu’ils sont prêts à tout pour ne jamais être séparés.

La force de cette histoire repose à la fois sur son monde, sur la vivacité de l’écriture au moment de ressuciter le cirque des années 40, mais aussi sur ses personnages, forts, entiers, mais humains qui évoluent au fil du temps ou sous les coups du destin. Tommy est indubitablement celui qui évolue le plus, et pour cause, il est adolescent au début de l’histoire, à peine plus qu’un enfant qui a tout à découvrir, mais c’est avant tout un jeune homme sérieux et les pieds sur terre, parfait contrepoids à Mario, l’artiste, le tourmenté, le rêveur. C’est cette complémentarité qui fait vibrer le coeur du lecteur, lorsqu’ils sont ensemble ils se transcendent et deviennent plus que de simples mortels, ils volent comme les dieux.

Autour du couple principal et de la question de l’homosexualité vivent une pléthore de personnages, qui apportent d’autres vies, d’autres questions d’autres manières de voir et le cirque et la société de l’époque. Des personnages auxquels on s’attache, qu’on pleure, ou qui déçoivent, qui mettent en colère, qui obligent le lecteur à réagir comme face à de véritables personnes.

Pour conclure, ce livre vous fera pleurer, il vous fera sourire, il vous fera le serrer sur votre cœur avec un sourire stupide et des larmes aux yeux parce rien ni personne ne saurait mettre un frein à l’amour entre deux êtres.

Fiche issue de : Livre émoi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s