Le Lion de Macédoine, de David Gemmell

Le Lion de Macédoine, de David Gemmell


Le Lion de Macédoine

Auteur : David Gemmell
Édition : Gallimard
Longueur : Roman (4 tomes)
Genre : Fantasy, historique

Résumé: dans la Grèce antique, un sang mêlé, moitié spartiate, moitié macédonien est en butte à l’ostracisme et au racisme de ses pairs spartiates qui lui mènent la vie dure. Le jeune Parménion, pugnace et surtout particulièrement doué, se sort régulièrement des situations les plus inconfortables et finit par gagner l’estime de ses supérieurs. Néanmoins, sa frustration et sa haine sont tenaces et il s’appuiera sur elles pour prendre son indépendance et gagner ses galons de général, en tant que mercenaire se mettant à la disposition des causes qui l’intéressent. Malheureusement – ou heureusement – son existence même est liée à un grande destinée qui ne sera pas forcément la sienne mais pour laquelle il aura un rôle majeur à jouer.

Avis : A première vue, on peut se demander pourquoi ce roman est classé en SF. L’auteur, doté d’une solide connaissance de l’antiquité grecque, a utilisé un personnage ayant réellement existé, Parménion, mais au sujet duquel on ne sait que peu de choses. De fait, il lui a créé une vie, laquelle sera la fil conducteur d’événements majeurs historiques.
A ce fil conducteur, il a adjoint une manipulation gigantesque des fils du destin, qui prend naissance lorsqu’une vieille prophétesse se persuade que cet homme sera le seul à pouvoir endiguer le Mal et la destruction du monde antique. C’est au cœur de ce jeu de luttes de pouvoirs mystiques que se niche l’aspect Fantasy du récit. La vie de Parménion sera ainsi rythmée par les manipulations de la vieille femme, puis de sa disciple, sans qu’il le sache.

L’aspect mystique et « merveilleux » de l’histoire ne démarre pas immédiatement, mais les tomes 3 et 4 en sont totalement empreints, avec des dimensions parallèles, des vertiges temporels, des pouvoirs quasi divins, bref, un mélange savant d’antiquité et de fantastique vraiment accrocheur, à tel point qu’il est difficile ensuite de quitter le récit tant il est prenant. D’autant plus qu’il n’y a vraiment aucun temps mort et l’histoire va à toute vitesse, sans toutefois laisser de côté les souffrances et les questionnements de Parménion.

Pour tout dire, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire au début, peut être à cause du style qui, s’il est efficace, est tout de même assez basique. Sans fioriture quoi. Néanmoins, ce Parménion m’intriguait pas mal et j’ai décidé de persister… bien m’en a pris.
Très sincèrement, j’ai adoré. Et de plus, ce qui ne gâche rien, Parménion a beau être le « héros », il n’a rien du personnage sans peur et sans reproche, ce qui le rend absolument humain.

En bref, un cycle court mais intense et un excellent moment de lecture.

Fiche issue de : Livre émoi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s