Le labyrinthe des sentiments, de Yoneda Kou

Le labyrinthe des sentiments, de Yoneda Kou


Le labyrinthe des sentiments
(Doushitemo Furetakunai en japonais)

Auteur : Yoneda Kou
Rating : Présence de lemons, donc pour public averti
Éditeur : Taïfu (France)
Genres : Yaoi, bien sûr, mais aussi Amour de bureau, hein, Lemons, of course, avec une Tranche de vie dans mon assiette, s’il vous plaît ! Et en un seul tome.

Le résumé de l’éditeur : Le jour où il arrive à son nouveau lieu de travail, Shima prend l’ascensuer avec un homme qui a la gueule de bois. Drôle de première rencontre entre Shima et son supérieur, Togawa. Sous ses airs de garçon impertinent et sans-gêne, Togawa reste très attentionné, et Shima ne peut s’empêcher d’être attiré par lui. Cependant, ses expériences douloureuses l’empêchent d’avancer, alors que Togawa prends des risques malgré ses blessures passées, et ne cache pas ses sentiments.
« Tu me plais, mais je ne serais pas docile… »
Que nous réserve cette histoire d’amour pleine de maladresses ?

« Tu me donnes envie de faire de drôles de choses. »

Avis, par Andersandrew :

Première rencontre désastreuse entre un jeune homme timide et son chef d’équipe sans-gêne. Pas de costards-cravates dans ce manga, l’ambiance du bureau est très détendue et installe une atmosphère propice au développement des sentiments.
Dès le début, on sait que Togawa et Shima vont finir ensemble, comme dans tous les yaoi. Mais au vue de leur première rencontre dans l’ascenseur, on se demande un peu comment ils vont surmonter ça. Et ça se fait petit à petit, à force d’attentions. Togawa est gentil, et il se soucie de chacun de ses employés…et Shima a juste besoin d’attentions, sous ses airs un peu froids, un peu distants. C’est donc Togawa qui fait le premier pas, et ils finissent plus ou moins à sortir ensemble. Mais chacun garde de son côté une blessure profonde. Crise familiale pour Togawa, déception amoureuse pour Shima. Difficile à concilier avec les sentiments qui s’épanouissent peu à peu…

Ce que j’aime dans ce manga, c’est définitivement qu’il prend le temps de s’installer. J’aime les petits détails qui font que l’affection grandit des deux côtés, les réactions mignonnes de Shima, les attentions (plus ou moins) discrètes de Togawa. J’aime aussi le personnage secondaire d’Onoda. Franchement, j’ai été déçue qu’à la fin, il ne soit pas davantage développé, HEUREUSEMENT, l’auteur, qui est à la base une doujinska, a fait des doujins sur ce personnage, que je conseille également !

Il y a beaucoup de jeux de regards, de petits rappels à des choses dites avant dans le manga, ce qui montre bien la profondeur des liens, l’attachement, le fait qu’ils fassent si attention aux réactions de l’autre pour essayer de lui être agréable ou de mieux le comprendre. Shima peut paraître froid, distant et égoïste, mais c’est aussi ce qui le rend sympathique, le fait qu’il ait autant de défaut, mais que malgré tout Togawa l’aime comme ça. Et puis ça contrebalance sa naïveté et sa timidité.

Concernant le trait de Yoneda Kou, je dois dire que je n’étais pas très fan au début. Elle fait des corps minces, mais nerveux, parfois un peu secs. Les décors ne marquent pas des masses, et ses visages sont assez épurés; mais elle a instauré dans son manga un cheminement lent qui s’agrémente bien avec le côté épuré, justement.

Je trouve l’histoire plus adulte que ce que l’on peut trouver la plupart du temps. Les deux partenaires sont à peu près égaux (pas de trop grande différence hiérarchique, ni d’âge ou de physique), ils ont chacun leur caractère, leurs défauts, leurs qualités. C’est une histoire mature qui reste légère (sans truc trash ou gore), où les personnages agissent et réfléchissent comme des gens normaux (un peu, si j’ose comparer, comme dans Le jeu du chat et de la souris, de Setona Mizushiro, à lire ABSOLUMENT si ce n’est pas déjà fait). Même si peut-être, quand même, Togawa ne se pose pas assez de questions; il agit plus par instinct…mais je crois que c’est le genre de perso que l’auteur apprécie (ce que j’en déduis; en fait Togawa ressemble un peu à son Yamamoto, dans ses doujins Reborn!)…

Fiche issue de : Amours de fans.

Publicités

Une réflexion sur “Le labyrinthe des sentiments, de Yoneda Kou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s