Le Choeur des femmes de Martin Winckler

Le Choeur des femmes de Martin Winckler


41pewojnf3l-_sx302_bo1204203200_

 

Auteur : Martin Winckler
Genres : un roman généraliste et féministe dans le cadre du monde médical, c’est un genre ça?
Longueur : 670 pages pour l’édition poche.

Résumé Je m’appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m’oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de  » Médecine de La Femme « , dirigée par un barbu mal dégrossi qui n’est même pas gynécologue, mais généraliste ! S’il s’imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu’est-ce qu’il croit ? Qu’il va m’enseigner mon métier ? J’ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas – et je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu’elles pourraient m’apprendre.

Mon avis:

Il est fort rare que je dévore un pavé aussi mais là, 671 pages à toute allure tant j’étais enthousiasmée par le Choeur des femmes et je l’ai refermée désolée que ce ne soit pas plus long!
De quoi parle donc ce roman qui m’a ainsi enthousiasmée? Jeune interne,Jean Atwood se retrouve dans le service Médecine de la femme,un simple service de consultations, malgré un rêve de chirurgie gynécologique. Seulement, le docteur Karma est bien plus que le vieux barbu imaginé. Et les femmes, surtout, les centaines de femmes qui défilent dans le service pour y dévoiler leurs malheurs, leurs peurs, leurs tracas, leurs questionnements, des femmes blessées, généralement issues des couches sociales les plus défavorisées, des femmes souvent dont ce service est le dernier recours face à des médecins sûrs d’eux, paternalistes et autoritaires qui ne supportent pas qu’elles refusent de plier ou de rentrer dans les cases, ou que simplement leurs corps ne réagissent pas de la manière désiré. Féminisme, respect, intersexualité, rapports de pouvoir entre soignants et soignés, rapports de séduction entre laboratoires et médecins, ce livre ne s’interdit aucun tabou.
C’est un de ces romans passionnants et intelligents auxquels nous sommes prêts à pardonner les petits détails secondaires, le style pas extraordinaire, la coïncidence ébouriffante d’improbabilité de la fin et un ou deux clichés comme le personnage de la grand-mère, celle-là j’ai l’impression de l’avoir déjà vue et revue, pour le bonheur qu’il apporte. le bonheur et aussi la colère, bien sûr, car ce sont des sujets terribles et réels, mais il se dégage une telle humanité de ce roman qu’on le referme avec un sourire.
Ne croyez pas qu’il ne s’adresse qu’aux femmes. C’est une lecture à mettre entre toutes les mains!

Publicités

Une réflexion sur “Le Choeur des femmes de Martin Winckler

  1. J’ai oublié le déroulement de l’histoire, mais oui, j’en ai gardé le souvenir d’un très bon livre, qui mérite d’être lu. Parfois un peu « démonstratif » par moment, peut être, mais qui porte un message…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s