Janua Vera, de Jean-Philippe Jaworski

Janua Vera, de Jean-Philippe Jaworski


Janua Vera

Auteur : Jean-Philippe Jaworski
Genre : Médiéval-fantastique, fantasy
Longueur : Recueil de nouvelles

Résumé : Né du rêve d’un conquérant, le Vieux Royaume n’est plus que le souvenir de sa grandeur passée. Une poussière de fiefs, de bourgs et de cités a fleuri parmi ses ruines, une société féodale et chamarrée où des héros nobles ou humbles, brutaux ou érudits, se dressent contre leur destin. Ainsi Benvenuto l’assassin trempe dans un complot dont il risque d’être la première victime, AEdan le chevalier défend l’honneur des dames, Cecht le guerrier affronte ses fantômes au milieu des tueries. Ils plongent dans les intrigues, les cultes et les guerres du Vieux Royaume. Et dans ses mystères, dont les clefs se nichent au plus profond du coeur humain.

Avis : De la Med-Fan française, que demande le peuple ? Rien de plus que cette excellente plume qui en l’espace de huit nouvelles nous brosse un univers que l’auteur a visiblement cogité de très nombreuses années et qui, si j’ai bien compris, est mis à l’honneur d’une saga en cours d’écriture « Les rois du Monde ». De prime abord, les tenants et aboutissants sont classiques : un royaume flamboyant qui pour diverses raisons a sombré dans le chaos puis dans l’oubli, des Cités Etats, des villages reculés, des cultes étranges, des guildes, des races, bref, tous les ingrédients y sont et vous allez me dire « à quoi bon ? » Oui, mais non. D’abord parce que l’écriture est excellente. Des esprits chagrins ne manqueront pas de reprocher un « manque de simplicité » ce contre quoi je m’inscris en faux : le sujet+verbe+complément en boucle au service de l’action ça va bien cinq minutes, mais bon sang, quitte à se retrouver dans un monde brutal, un peu de flamboyance ne fait pas de mal. Plus sérieusement, ça fait vraiment plaisir de lire un style travaillé et juste, ça se savoure tout du long.
Ensuite, le traitement des sujets et des personnages est très bien fait, et dénote d’une approche personnelle, qui rend ce qui pourrait être banal que d’avoir été trop souvent usité soudain diablement intriguant. Et ça, il fallait le faire, donc chapeau.

Sur le fond, toutes les nouvelles ne se valent pas cependant. On retiendra « Janua Vera » et « le confident », que j’ai beaucoup aimé pour l’originalité du thème, ainsi que « le conte de Suzelle » et « une offrande très précieuse » laquelle aura eu le mérite de me faire venir les larmes aux yeux. A l’inverse « Jour de guigne » qui, il me semble, se veut un hommage maladroit à Pratchett, est un peu ratée (parce que lourdaude et pas drôle) exception faite de la fin.

Au global, j’ai passé un très bon moment en lisant ces nouvelles, et j’attends que l’auteur ait sorti le tome 2 de son histoire au long cours pour me plonger plus avant dans cet univers. (Note Admin : sorti depuis)

Fiche issue de : LJ.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s