Locke & Key, de Joe Hill et Gabriel Rodriguez

Locke & Key, de Joe Hill et Gabriel Rodriguez


Afficher l'image d'origine

Locke & Key

Auteur : Joe Hill et Gabriel Rodriguez
Genres : Fantastique, drame, horreur.
Longueur : Comic terminée. 6 tomes.

Note (Admin) : C’est utile de préciser que Joe Hill est le fils de Stephen King ?
Sinon, la série a obtenu à deux reprises, en 2009 et 2012, le prix British Fantasy du meilleur comics. Et, en 2009, Locke & Key a été nommée pour l’Eisner Award de la Meilleure série limitée et Joe Hill pour celui du Meilleur scénariste, prix qu’il a finalement remporté en 2011. En 2011 également, la série était nommée pour les Eisner Awards du Meilleur numéro, de la Meilleure série régulière et du Meilleur dessinateur (Gabriel Rodriguez).

Résumé :

C’est l’histoire d’une famille, de trois enfants, Tyler, Kinsey et Bode Locke, qui vivait là jusqu’à ce que deux  adolescents psychopathes débarquent chez eux. Le père est tué d’une balle, mais le fils aîné parvient à désarmer les agresseurs et les met hors d’état de nuire.
Oui mais ensuite ?
Après l’enterrement, les survivants de cette petite famille, traumatisés, vont vivre à Lovecraft, dans le manoir d’enfance du père, où habite toujours son frère Duncan. Les enfants doivent faire face au deuil, à la culpabilité, et s’adapter à leur nouvelle vie.
Bode, le plus jeune de la fratrie, petit garçon casse-cou et rêveur, trouve une mystérieuse clef. En ouvrant une porte noire dans le manoir avec cette clef, il découvre son véritable pouvoir : quand il passe le seuil, il quitte son corps sous forme immatérielle et peut se balader à son gré dans le domaine.
Au cours de ses explorations, il tombe sur un vieux puits ; une voix l’appelle depuis le fond, invisible dans les ténèbres. Est-ce un écho ? Ou autre chose…
Pendant ce temps, Sam Lesser, le membre restant du duo de meurtriers qui s’en sont pris aux Locke, croupit dans un centre de détention pour mineurs…préparant déjà son évasion. Il n’a pas terminé sa quête. Il doit trouver une clef…

Avis, par Andersandrew : Oh oui, le scénario est très alléchant. Pas étonnant de la part de Joe Hill, qui est…le fils de Stephen King ! Il a un don pour raconter le quotidien, et d’y mêler du surnaturel ; la tension est palpable à chaque page, c’est un régal à lire !

Alors, pourquoi cette bande-dessinée est géniale, pourquoi vous devez vous la procurer dans les plus brefs délais :

– Comme le laisse entendre le résumé, l’histoire est super intéressante ! Je veux dire VRAIMENT intéressante. Il y a plusieurs fils d’intrigues suivants différents personnages, certains à connotation fantastiques, d’autres non, et ils aident à construire l’univers, les caractères, l’atmosphère. Puis ils s’entremêlent pour ne former qu’un seul fil rouge.
J’en suis au tome deux, et je trouve les fins de tomes formidables, parce qu’elles s’avèrent très satisfaisantes, concluant l’arc introduit au début du livre, mais en même temps, les prémisses d’un nouvel arc plus long sont déjà installés, et la force de la narration permet que l’on veuille absolument en savoir plus !

– L’univers est passionnant. Le principe des clefs magiques qui ouvrent, non pas des portes, mais qui donnent des pouvoirs (parce que l’important sont les clefs, et il y en a plusieurs), est merveilleux. On peut y voir des métaphores soignées sur la possibilité d’explorer, non pas d’autres univers, mais soi-même ou son entourage. Ainsi, Bode, avec la clef fantôme, va voir les membres de sa famille pendant qu’ils pensent qu’on ne les regarde pas.
Les clefs ont toutes différentes fonctions, et de multiples questions sont posées sur leur origine, la façon de les utiliser, leurs avantages et inconvénients.
L’importance du monde de l’enfance, qui est le plus créatif, est typique de Stephen King, au passage. On voit bien l’influence qu’il peut avoir sur ce travail. L’univers de Locke & Key est très fun, très énigmatique, porté par la force du angst et du courage (et des dessins fabuleux de Gabriel Rodriguez ; le sieur Rodriguez est d’ailleurs sur deviantart, je vous invite à visiter – avec précaution, pour ne pas être trop spoilé – sa galerie !).

– Les personnages sont finement caractérisés. Plus qu’un récit fantastique, Locke & Key (comme pourrait l’indiquer son titre, par ailleurs) est l’histoire d’une famille traumatisée, meurtrie, bouleversée. Une mère qui sombre peu à peu, un gamin rêveur, un adolescent gentil mais qui vient de découvrir un puits de violence en lui, et qui culpabilise pour la mort de son père, et une jeune fille qui se cherche, qui doit recréer son identité pour survivre au chagrin, à la perte de repères qu’elle avait sur elle-même.
Le surnaturel est vraiment au service de la métaphore, développant certains aspects chez les protagonistes, accentuant les angoisses, les mettant en avant pour faire ressortir toute leur humanité. Il sert de support…mais aussi d’élément perturbateur, voire dangereux.
Et c’est là que j’aborde le sujet qu’est mon personnage préféré, qui est très énigmatique et qui a bien des noms. La créature du puits.
Je ne veux surtout pas vous gâcher le plaisir, alors je ne m’étendrais pas trop ; simplement, il s’agit d’un être mortellement intelligent, d’une ruse diabolique, d’un instinct redoutable…qui ne s’arrête jamais, quoiqu’il arrive. Et je crois que le dessinateur l’aime aussi. XD Fanserviiiiice !

– Graphiquement, je n’ai pas grand chose à dire, je ne suis pas objective. Déjà, je suis fan de comics, donc j’aime bien le style, et comme je n’y connais rien en dessin, finalement, il vaut mieux quelques images qu’un grand discours :

Je trouve que le dessinateur a de ces idées de mise en scène, c’est purement hallucinant. Et ça s’inscrit bien dans l’histoire ! Il manie vraiment bien les symboles, j’adore ça !

J’aime également les looks des personnages. Il y a du sobre et de l’original, ça rend le tout crédible, sans entacher les personnalités de chacun. Ah, et j’adore aussi les incrustations dans les pages de titre de chapitres (oui, c’est débile, et alors?).

(…ya un puits dans m-m-mon ja-jardin !)
La bouille de Bode !

Les critères les plus subjectifs d’Anders qui ne méritent pas de figurer dans le corps de la rec :

– Ya des gays !
– Ya des punks !
>- Ya du gender-bender !
– Du fantastique avec un univers structuré !
– Des bonus, avec du background historique !
– Ya plein de roux ! (Duncan me fait couiner, il ressemble à Zodiac de Marvel, dans la mini-série éponyme se déroulant durant l’arc Dark Reign ; et il a les yeux bleus !)
– La ville s’appelle Lovecraft !

Fiche issue de : Amours de fans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s