Actes Aléatoires de Démence, Julia Kent

Actes Aléatoires de Démence, Julia Kent


Actes Aléatoires de Démence

Auteur : Julia Kent.
Éditeur : Auto-édition, traduit par Juno édition.
Genres : Humour, romance, trio (ménage).
Longueur : Roman. 260 pages environ.
Note : NY Times best-seller.

Résumé : Je n’avais jamais eu l’intention de prendre un auto-stoppeur nu seulement vêtu d’une guitare. Une guitare. Vraiment. Je ne collectionne pas les gars comme ça (ne me demandez pas quel genre de gars je collectionne), mais quand vous apercevez un homme blond, bronzé, sculpté avec un magnifique sourire et son pouce levé qui vous supplie pratiquement de vous arrêter – vous vous arrêtez. (…)

Avis : Voici un roman très drôle, très frais, très original, et qui parvient tout de même à trouver des profondeurs cachées.

L’histoire commence comme un Very Bad Trip. J’avais adoré un autre roman traduit par Juno traductions : Shine not burn, ce qui fait que je ne sais pas s’il s’agit-là  d’un genre particulièrement aimé par cette équipe ou si c’est finalement un scénario assez fréquent aux USA, toujours est-il que c’est un genre qui marche très bien chez moi. Une jeune femme rencontré, sur le bord de la route, un auto-stoppeur totalement nu, avec pour tout accessoire une guitare en bandoulière, et au physique tellement attirant qu’elle ne peut se raisonner et se résoudre à ne pas s’arrêter.

Alors, déjà, ça commence bien : c’est drôle, c’est très très drôle ! C’est cash, il ne faut pas avoir peur de lire une auteure y allant franco dans les situations et descriptions. Et c’est tout sauf politiquement correct : l’héroïne est une fille facile issue d’une famille de cas sociaux, au fin fond de l’Ohio pauvre, et le héros est un chanteur de groupe de rock complètement perché après avoir avalé une quantité délirante de champignons hallucinogènes.

Là où ce roman est vraiment à lire, c’est donc pour son humour. C’est drôle, c’est léger, c’est sans concessions pour les personnages, c’est à la fois de la comédie romantique très fraîche pour qui aime le genre, et à la fois un roman que je conseillerais sans hésitation aux personnes n’aimant pas lire de la romance, parce que c’est totalement à contre-courant des clichés habituels du genre (et ça, c’est bien !!!).

Mais là où il est aussi à lire, c’est pour ses profondeurs inattendues, soit son approche de la société américaine. Petit à petit, au-delà de l’humour, l’auteur dessine deux sociétés opposées qui se confrontent dans une approche tout sauf manichéenne : il y a le milieu pauvre de l’Ohio, avec ces familles vivant dans des caravanes, manquant de tout, sans rêves et sans espoirs et bénéficiant pourtant d’une vraie liberté dans leur mode de vie, face à la jeunesse dorée d’où vient le chanteur, ayant tout, et tout à sa portée, mais cloisonnée pourtant dans un milieu d’apparences, d’obligations et de stress quant à leur avenir présent depuis avant même leur entrée dans les études supérieures. J’ai trouvé très intéressante la manière dont l’auteur les présente toutes deux, aucune n’étant forcément meilleure que l’autre pour ces jeunes cherchant avant tout à pouvoir être ceux qu’ils ont vraiment envie d’être.

L’histoire est aussi un trio : un deuxième membre du groupe de rock va rejoindre les deux autres et l’auteur sait très bien jouer sur la promesse du trio sexuel qui va suivre, ce qui fait qu’on reste jusqu’au bout dans cette dualité d’approche : cet aspect très léger, entre humour et promesses de sexe qui en fait une lecture avant tout distrayante, et par dessous cette profondeur que l’on retrouve aussi avec l’arrivée de ce troisième personnage, de par la confrontation que ça implique entre ces deux milieux sociaux et également les questions que ça pose sur le désir d’émancipation de la jeunesse.

Après, ça reste une lecture légère. La quantité de champignons ingurgités par le premier personnage masculin est très surévaluée, le personnage féminin comme sa mère ne semblent trouver de l’intérêt au préservatif que comme contraceptif (même lorsqu’il s’agit de coucher avec un inconnu totalement drogué)… A ce propos, j’ai aussi été très amusée, aussi, par l’importance donnée à la notion d’hygiène par l’auteur : l’héroïne couche avec un inconnu ayant pris des drogues dans une amplitude alarmante, puis même deux inconnus, mais par contre tout le monde se douche sans arrêt, bien avant et après le sexe, se lave bien les mains et les dents et utilise même du fil dentaire, et tout est bien décrit à ce sujet. C’est fun (l’auteure est américaine, quoi !).

La fin, enfin, est géniale : drôle, touchante, qui met le sourire aux lèvres, et revient de manière très agréable sur l’un des éléments marquants de ce roman.

Bref, un coup de cœur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s