La Servante écarlate de Margaret Atwood

La Servante écarlate de Margaret Atwood


Auteur :  Margaret Atwood

Genre :SF , dystopie

Longueur: 510 pages.

Résumé:
Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’Etat, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Evangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.

Une œuvre d’une grande force, qui se fait tour à tour pamphlet contre les fanatismes, apologie des droits de la femme et éloge du bonheur présent.

Avis La Servante écarlate , c’est l’un des grands romans féministes,  c’est LE roman de dystopie féministe, ultra-célèbre, mais cela ne veut pas dire que tout le monde l’a lu pour autant, même si tous les amateurs de livres ont un jour entendu son nom.

De ce livre, j’avais entendu dire toujours qu’il était très frappant mais aussi qu’il était froid et les deux sont vrais. Sur moi, cela a marché; très bien même,  mais je suis prête à admettre que cela ne fonctionne pas sur tout le monde.
Tout y est glaçant, dystopie terrifiante de la première à la dernière ligne, où le destin terrible des Servantes écarlates n’est plus qu’un sujet d’histoire, voire de bons mots des historiens ! Cependant, le plus terrible est la façon dont cela semble si réel, le propre des excellentes dystopies me direz vous. Gilead est fictif, né du talent de Margaret Atwood, mais des dictatures religieuses rabaissant la moitié de l’espèce humaine, il y en a, hélas, plein les journaux.
Récit en parallèle de la chute de la démocratie, les souvenirs de la Servante écarlate, et de sa vie dans ce monde terrible, où tout le monde peut être un espion, où la peur est partout et où les droits des femmes ont disparu, c’est un roman dense qui peint l’espèce humaine sans concession, des ‘ Tantes ‘ prêtes à asservir les autres femmes pour un peu de pouvoir aux Commandant , qui se croit si bons d’offrir un instant de liberté à celle qui a été privé de tout, y compris son nom, à cause de lui et d’hommes comme lui.

Une lecture qu’on n’oublie pas, mais pas forcément une lecture réjouissante, et cependant une lecture indispensable, accrochez vous!

Publicités

2 réflexions sur “La Servante écarlate de Margaret Atwood

  1. Eh bien, tu vois, ça manquait à ma culture générale parce que je n’en avais jamais entendu parler.
    Bref, ça donne super envie !!!
    Je suis une fan de SF et de dystopies, et ce type de sujet, avec la place de la femme au coeur, m’intéresse particulièrement. Alors, en plus, si c’est une référence…
    Merci pour la rec’, donc. :)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s