The Cadeleonian Series, de Ginn Hale

The Cadeleonian Series, de Ginn Hale


801724487827381945535119455339

 The Cadeleonian Series 

Auteur : Ginn Hale
Genre(s) : MM, romance, fantasy
Longueur :  Deux Romans, chacun divisés en deux parties
Première partie: Lord of the White Hell

Résumé : Kiram Kir-Zaki may be considered a mechanist prodigy among his own people, but when he becomes the first Haldiim ever admitted to the prestigious Sagrada Academy, he is thrown into a world where power, superstition and swordplay outweigh even the most scholarly of achievements.

But when the intimidation from his Cadeleonian classmates turns bloody, Kiram unexpectedly finds himself befriended by Javier Tornesal, the leader of a group of cardsharps, duelists and lotharios who call themselves Hellions.

However Javier is a dangerous friend to have. Wielder of the White Hell and sole heir of a dukedom, he is surrounded by rumors of forbidden seductions, murder and damnation. His enemies are many and any one of his secrets could not only end his life but Kiram’s as well.

Avis:

Ces romans combinent un peu tout ce que j’aime. L’univers est fabuleusement bien construit, l’intrigue est prenante, les personnages sont attachants et en plus c’est bien écrit.

Dans cette première partie, Kiram arrive à la Sacrada Academy bien décidé à y faire ses preuves. Il faut préciser que le racisme est un thème très important du livre et que le peuple (les haldiims) de Kiram (et lui par la même occasion) en est victime. Les Cadeleonian, les gens de l’academy, font partie du peuple qui a par le passé quasi anéanti les haldiims. On peut facilement imaginer le choc que Kiram ressent à vivre parmi eux, surtout que leurs cultures est réellement très différentes…

L’une des différences importantes concerne la religion et par extension l’homosexualité. Chez les Cadeleonian, la religion est stricte et punitive. L’homosexualité y est interdite et ces conséquences sont très graves. Ce n’est pas le cas chez les haldiims où les couples de même sexe sont monnaie courante. Bien évidemment, Kiram est gay et tombe amoureux d’un de ses collègues de classe. Et ce n’est pas son seul souci puisqu’une grave menace plane sur l’école et que l’un de ses amis est victime d’une malédiction qui lui fait perd la tête le tuant à petit feu.

J’adore l’ambiance de ces livres. L’auteure prend le temps de placer le contexte autour de son histoire. Certains peuvent trouver que cela ralentit l’intrigue, mais selon moi, cela donne une certaine richesse à l’univers et aux personnages. On comprend les motivations des dits personnages sans qu’ils aient à s’expliquer. C’est ce qui fait aussi que ses personnages secondaires sont si intéressants. Assez, pour que je saute de joie en voyant la suite (Champion of the Scarlet Wolf) qui a pour sujet l’un de ces personnages. (Elezar)

L’intrigue est quelque peu clichée, mais c’est bien écrit et c’est prenant. J’ai eu beaucoup de mal à reposer mon livre. Dormir est, malheureusement, une nécessité. La romance est mignonne, beaucoup de tension sexuelle. Kiram est un peu indécis, surtout, parce qu’il a peur.

Aussi, certains choix d’édition sont un peu étranges. En premier, celui de publier ce livre en deux tomes alors qu’il s’agit pas de deux livres, mais de deux parties d’un même livre. Et en deuxième, celui de changer de police d’écriture lorsqu’on change de langue. Heureusement, ce dernier défaut n’apparaît que dans la deuxième partie et très peu.

 

Deuxième livre: Champion of the Scarlet Wolf

Résumé: Five years after abandoning the Sagrada Acedemy, Elezar Grunito has become infamous in the sanctified circles of noble dueling rings for his brutal temper and lethal blade. Men and women of all ranks gather to cheer and jeer, none of them knowing Elezar’s true purpose. But a violent death outside the ring marks Elezar as a wanted man and sends him into hiding in the far northern wilds of Labara.

There, creatures of myth and witchcraft—long since driven from Cadeleon—lurk in dark woods and prowl the winding streets. Soldiers and priests alike fear the return of witch-queens and even demons. Elezar soon learns that magic takes many forms, some too alluring to resist, others too terrible to endure. But just as he begins to find his place in this strange new country, the past he left behind along with his school days returns to challenge him once again.

Avis:

J’avais de grosses attentes pour ce livre et ce qui est merveilleux c’est que je n’ai pas été déçue. La magie a opéré encore une fois. Comme je l’ai mentionné plus haut, dans ce livre (encore une fois en deux parties) ont suit Elezar dans une aventure. J’aimais déjà le personnage dans le livre précédent, mais je l’aime encore plus dans celui-ci. Atreau, un autre personnage que l’on a vu dans Lord of the White Hell devient vraiment intéressant dans ce livre-ci. Il y a aussi de nouveaux personnages hauts en couleur qui font leurs apparitions et ils sont tout aussi attachants. Skellan est un personnage de feu. J’aime son côté sauvage et sans excuses.
L’intrigue a lieu dans un endroit bien différent, je l’aime encore plus. La magie est beaucoup plus présente et ça ajoute un petit quelque chose à mon avis. La richesse des détails est encore au rendez-vous ainsi que l’originalité. L’intrigue en tant que telle est tout aussi prenante que dans le premier livre. L’action y est beaucoup plus présente, on ne s’ennuie pas du tout. L’émotion a aussi sa place même si les Cadeleonian sont connus par leur manque d’expressivité. J’adore le développement de la vie amoureuse d’Elezar. Bon, j’ai été un peu déçue au début que Fedeles n’en fasse pas partie, mais cela n’a pas duré longtemps…
Pour ceux qui se le demandent, oui, Kiram et Javier font partie de ce livre. Ils sont inclus, mais ils ne volent pas la vedette et c’est très bien ainsi. Cela permet en autre à Elezar de faire la paix avec son passé.
Aussi, pour ceux qui voudrait lire que ce livre-ci sans lire Lord of the White Hell c’est possible, mais je ne leur recommanderai pas. Le premier livre explique beaucoup le contexte et la personnalité d’Elezar et vous en perdriez de la compréhension.

À ma connaissance, il n’existe pas de traduction française de ces livres. Si c’est le cas, faites-moi signe !

Autres fiches de recommandation : par Berylia, sur Amours de fans. Lord of the White Hell.

 

Publicités

3 réflexions sur “The Cadeleonian Series, de Ginn Hale

  1. IL Y A UNE SUITE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !

    Maintenant une suite de Wicked Gentlemen !

    J'aime

  2. La suite était merveilleuse !!!!!!!!!!!!!
    Je pense qu’on peut lire Champion of the Scarlet Wolf sans avoir lu Lord of the White Hell, ça n’enlève pas parce qu’il est assez facile de comprendre d’où vient Elezar étant donné la ressemblance entre Cadaleon et l’Espagne du Siècle d’Or, alors que Milmurailles est totalement un nouveau monde.
    Et oui le retour de Javier et Kiram est génial mais encore plus parce qu’ils ne volent pas la vedette.
    Maintenant je veux encore une suite ! Sur Atreau et Morisio ? Dans le Yuan ? J’en sais rien mais j’en veux pluuuuuuuuuuuuuuuuus !

    J'aime

  3. L’auteure a fait une allusion qui laissait a penser que Fedeles aurait peut-être un jour propre livre… J’espère que ça se fera. Surtout que ça serais vraiment intéressent avec sa  » femme » et le bébé dans le décor. Plus politique aussi, j’imagine.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s