Brute, de Kim Fielding

Brute, de Kim Fielding


71iCKIWB4DL._SL1350_

BRUTE

Auteur : Kim Fielding
Genre : Fantasy. Romance
Longueur : 330 pages.

Résumé : Brute mène une vie solitaire dans un monde où la magie est omniprésente. Ce qui le définit le mieux serait sans doute ses deux mètres trente de laideur, et son ascendance honteuse. Personne, pas même Brute, ne s’attend donc à ce qu’il puisse être autre chose qu’une main-d’œuvre corvéable. Mais les héros sont de toutes sortes et de toutes tailles, et quand il se retrouve handicapé pour avoir sauvé un prince, la vie de Brute change brusquement. Il est invité à venir travailler au palais de Tellomer afin de devenir le gardien d’un seul et unique prisonnier. La tâche semble facile, mais elle s’avérera être le défi de sa vie.

Les rumeurs prétendent que le prisonnier, Gray Leynham, est un sorcier et un traître. Ce qui est certain, c’est qu’il a passé les dernières années dans une misère à peine imaginable : aveugle, enchaîné, et rendu presque incompréhensible par un bégaiement extrême. Et comme si cela ne suffisait pas, il est assailli par des cauchemars durant lesquels il assiste à la mort de gens vivant à proximité – pire, ses rêves se réalisent.

Tandis que Brute s’habitue à la vie au palais et apprend à connaître Gray, il découvre sa propre valeur, d’abord en tant qu’ami et en tant qu’homme, puis en qualité d’amant. Mais Brute apprend aussi que les héros sont parfois confrontés à des choix difficiles et que faire ce qui lui semble juste peut aussi l’exposer à de grands dangers.

Avis : Quand j’ai commencé à lire Brute, je n’avais pas la moindre idée de ce que le roman pouvait bien raconter, non plus que des autres critiques faites à ce sujet. Par ailleurs, je sortais de plusieurs lectures qui m’avaient laissée plutôt dépitée, voire morte de rire, voire les deux et je commençais à désespérer de pouvoir faire une recommandation un jour.

Mais Brute est arrivé.

Et j’ai adoré.

D’abord, les personnages. Adieu les clichés de beaux gosses musclés avec sourire ultra-bright de la mort qui tue. Brute n’est pas beau, bien au contraire, il se décrit comme laid, balourd et repoussant. Quant à Grey qu’on rencontrera par la suite, on le découvre énucléé, rachitique, sale et puant. Loin des clichés donc. Et c’est  une des choses (et je dis bien une parce qu’il y en a beaucoup d’autres sur lesquelles je vais revenir) qui font qu’il faut lire Brute.

Dans les autres choses, j’ai aimé la richesse de l’univers, les descriptions des villages, de la ville, des autres personnages. C’est un des points qui compte pour moi, la présence d’autres personnes, des bonnes, des mauvaises, des êtres humains qui interagissent avec Brute avec leurs côtés positifs, négatifs, qui ne sont pas des ramassis de clichés eux non plus, mais au contraire des êtres humains normaux. Le fait que ces gens ont une histoire, des croyances, un folklore, une façon de vivre et que tout cela nous est raconté à merveille, nous immergeant complètement dans l’univers que l’auteur fait naitre sous nos yeux.

Ensuite, il y a le style qui est excellent. Dès le départ, nous sommes plongés dans les pensées de Brute et on sent sous la plume de l’auteur à quel point il est tellement plus que ce que les autres lui renvoient, mais à quel point aussi il en a pris son parti et accepte avec une résignation le sort qui est sien. Et au fur et à mesure qu’il va se découvrir, toujours au travers des autres, sous un autre jour, cela ne fait que confirmer ce que l’auteur nous a soufflé dès le départ entre ses lignes. Le personnage est à ce point attachant que nous sommes comme Grey, on oublie son apparence pour ne voir que la beauté de son âme (et oui, ça fait cliché et couillon de le dire comme ça, mais l’histoire est à ce point bonne que c’est pourtant bien l’expression qui correspond). Leur histoire d’amour est belle, prend son temps à se mettre en place et pas à un seul moment j’aurais voulu que ça aille plus vite tant j’ai pris plaisir à lire chaque nouveau chapitre.

Bref, un roman que je recommande plus que chaudement et dont je pourrais parler pendant des heures mais ce serait vous empêcher de vous jeter dessus et ce serait vraiment dommage

Prix : 5.42 € en ebook / ~16€ en papier (anglais uniquement)

Publicités

7 réflexions sur “Brute, de Kim Fielding

  1. UP pour dire que je l’ai lu et que j’ai adoré aussi. Un très bon roman que je recommande même indépendamment du fait qu’il s’agisse d’un MM, et c’est un compliment. Ça veut dire que c’est juste un très bon roman, bien écrit, avec une bonne intrigue, des personnages riches et attachants. J’ai vraiment aimé suivre le parcours de Brute, avec son côté un peu lourdaud (ou au moins est-ce ainsi qu’il se voit) et son cœur gros comme ça.
    Un grand merci pour la rec’ !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s