The God Eaters, de Jesse Hajicek

The God Eaters, de Jesse Hajicek


The God Eaters

The God Eaters

Roman ayant été recommandé à la fois sur Fic is not the enemy, étant publié en lecture libre, et à la fois sur Book is not the enemy, étant en vente en tant qu’ebook.

Lien vers la fiche d’origine

Auteur : Jesse Hajicek.
Genres : MM, Fantasy, western, violence, aventure et romance (parce que oui, c’est une vraie histoire d’amour !).
État : Roman (env. 178.000 mots soit 450 pages).

Résumé : Imprisioned for « inflammatory writings » by the totalitarian Theocracy, shy intellectual Ashleigh Trine figures his story’s over. But when he meets Kieran Trevarde, a hard-hearted gunslinger with a dark magic lurking in his blood, Ash finds that necessity makes strange heroes… and love can change the world.

Avis : Le « chapitre 1 » comporte en réalité le prologue et le chapitre 1. Pourquoi c’est important de vous le préciser ? Parce que je vais débuter cette recommandation d’une drôle de façon, en vous conseillant de ne pas lire le prologue. Contrairement au reste du roman (dont la narration est linéaire), le prologue est maladroitement construit avec un condensé de la vie de l’un des héros (une sorte de cours de rattrapage avant même que l’histoire ne commence) où l’on saute de scènes en scènes brutalement, pour nous donner des bases express… sauf qu’on en n’a pas besoin. D’autre part, la « seconde partie » du prologue nous en dévoile beaucoup trop sur l’intrigue. Ce qui, dans le cas présent, est fichtrement dommage ! L’histoire s’apprécie pleinement sans lire le prologue, rassurez-vous, car toutes les informations nécessaires vous seront (re)données en temps et en heure, en plus distillé. Je peux vous l’affirmer de première main puisqu’à ma première lecture, j’ai par inadvertance sauté ce fameux prologue, ne m’apercevant de son existence qu’après lecture de l’épilogue ! (Aujourd’hui encore, j’ignore comment j’ai accompli ce tour de force.)

Mais revenons-en à l’histoire elle-même. Nous nous situons dans un univers mêlant ambiance Western (ce qui inclut la transposition de la thématique du vol des terres aux Indiens par les Blancs et l’oppression fortement teinté de mépris du Nord pour le Sud) à de la magie (de type pouvoirs psychiques) avec dans le tas de la mythologie locale (il y a « dieu » dans le titre, après tout)… et aussi étrange que ça puisse paraître dit comme ça, ça fonctionne !

Tout commence de façon très clichée par deux codétenus dans une prison mais ayez confiance, cette fic relève avec brio ce défi-là (ainsi que quelques autres).  Dans ce monde, dominés par le « veilleurs blancs » (White Watch), la population est testée afin de détecter ceux possédant un Talent (pouvoir). Ceux-ci sont alors aussitôt pendus haut et court (ou discrètement envoyés en prison sous un quelconque prétexte pour servir de cobayes). C’est ce qui arrivent à nos deux héros : Ashleigh, timide intellectuel binoclard et auteur de quelques textes subversifs qui amasse toutes les babioles qui traînent dans ses poches, et le dangereux Kieran, ex-prostitué, ex-tueur à gages, ex-drogué, ou peut-être pas si « ex » que ça.

Les personnages sont consistants et attachants (on est censé flasher sur Kieran mais moi, je kiffe Ash, un garçon plein de ressources et de surprise !). L’univers est solide et approfondi, il ne sert pas de décors à la romance mais en est le véritable moteur. Il serait tout aussi cohérent et intéressant sans l’histoire d’amour (mais peut-être moins agréable à lire sans personnages qu’on a envie de suivre au bout du monde). La romance, d’ailleurs, si elle apparaît comme une évidence, n’en est pas moins facile pour autant. Il ne suffit pas de mettre deux beaux jeunes mâles dans une étroite cellule pour les faire tomber amoureux. Il va falloir des épreuves pour ça, des ennemis, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il va falloir une quête, une course-poursuite, une fin incertaine, revenir là où tout a commencé… peut-être même une rébellion contre d’intempestives interventions divines.

Les dieux se font manger, vive l’imperfection des êtres humains !

À ma connaissance, il n’existe pas de traduction française de ce texte.

Prix : 7,62€.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s